Possible dépôt de permis de construire des usines de construction d’éoliennes offshore

Siemens Media Summit 2007Selon la presse havraise, Adwen aurait déposé un permis de construire pour la construction de deux Usines d’éoliennes offshore quai Joannes-Couvert. Cette information n’est pas confirmée par le président de Siemens Wind Power. 

L’instruction des permis de construire serait estimée à une année.

D’autre part S Royal a annoncé la signature très prochaine des concessions d’occupation du domaine public maritime des parcs éoliens de Fécamp , Courseulles-sur-Mer et Saint-Nazaire. L’usine devrait alimenter les champs de Courseulles-sur-Mer, Saint-Nazaire et Fécamp.

rappelons que Les deux projets de parcs éoliens offshore d’EDF Energies (Fécamp, Courseulles-sur-Mer)font l’objet de recours tandis que celui d’Engie (Dieppe-Le Tréport) fait l’objet de contestations. L’objectif est d’obtenir une autorisation préfectorale début 2018.

 

Feu vert à la fusion Siemens-Gamesa et naissance du 4e constructeur mondial d’éoliennes.

Siemens Media Summit 2007La Commission européenne a validé le projet de rachat, par la division Wind Power de Siemens du fabricant d’éoliennes Gamesa.
Bruxelles a considéré que l’opération ne soulevait pas de problème de concurrence, à la fois sur les marchés à terre et en mer.

Avec l’absorption de Gamesa, Siemens devient le 4e turbinier mondial dans le domaine de l’éolien onshore, juste derrière le chinois Goldwind, l’américain GE et le danois Vestas.

Un véto de Bruxelles aurait été une mauvaise nouvelle pour le Havre où Adwen filiale de Gamesa s’est engagée à construire 2 usines d’éoliennes offshore au Havre pour équiper les champs d’éolienne dont elle a eu l’attribution au large des côtes de la Manche. Siemens n’a pas encore communiqué sur ce sujet.

Linky : le compteur qui permet d’économiser l’électricité et d’intégrer les énergies renouvelables

LinkyLe conseil municipal d’hier a été l’occasion d’un échange sur le compteur électrique Linky en cours d’installation dans toute la France.
Il s’agit d’un compteur qui informe les ménages sur leur consommation électrique.

Enedis, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité, a engagé le déploiement national des compteurs Linky depuis fin 2015. Trois millions d’entre eux devraient déjà être installés en ce début d’année 2017. Leur mise en place doit se poursuivre jusqu’en 2021, pour remplacer au total 35 millions de compteurs électriques.
Linky présente au moins 3 avantages :

  • Meilleure connaissance et maitrise de sa consommation : Source d’économie d’énergie importante. Il incite les utilisateurs à limiter leur consommation aux périodes de pointe.
  • Facilite l’intégration des énergies renouvelables produites par les logements (à travers des panneaux solaires, une éolienne) et consommer par d’autres à distance.
  • Facilite la relève automatique des consommations sans l’intervention physique d’un technicien ni la présence de l’usager. Il simplifie la détection des dysfonctionnements.

Linky utilise deux technologies pour communiquer :

  • Le courant porteur en ligne (CPL) entre le compteur et le concentrateur de quartier.  Le CPL consiste à ajouter une fréquence supplémentaire sur les fils électriques existants pour transporter des données. La fréquence pour Linky est à 75 kHz.
  • Le réseau GSM – le même que pour les téléphones portables – entre le concentrateur et le centre de gestion d’Enedis.

2 reproches sont communément faits à Linky :

  • Craintes sur la santé : L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a été saisie pour évaluer l’impact éventuel de Linky sur la santé. Son avis, rendu mi-décembre 2016, parle de « risques sanitaires peu probables ». Elle précise que « les compteurs Linky […] sont à l’origine d’une exposition comparable à celle d’autres équipements électriques déjà utilisés dans les foyers depuis de nombreuses années (télévision, chargeur d’ordinateur portable, table de cuisson à induction…) ».
  • Atteinte à la vie privée : la CNIL reconnait des risques pour la vie privée : exemple « Les heures de lever et de coucher, les heures ou périodes d’absence ou encore, sous certaines conditions, le volume d’eau chaude consommée par jour, le nombre de personnes présentes dans le logement, etc. ».  La Cnil a donc posé des règles pour encadrer les conditions de collecte et d’utilisation de la courbe de charge. On retiendra qu’Enedis ne peut la transmettre à des fournisseurs ou à d’autres prestataires qu’avec le consentement exprès du client.

Linky est donc un moyen essentiel pour diminuer notre consommation d’énergie fossile ou nucléaire soit par économie d’énergie soit par intégration d’énergie renouvelable (panneaux solaires). J’y suis donc favorable.

Edouard Philippe et notre majorité municipale n’ont pas voté le vœux contre le déploiement de linky au Havre car le conseil municipal se doit de respecter la loi loi « relative à la transition énergétique », votée par l’assemblée nationale qui rend obligatoire le déploiement des compteurs Linky.  Les communes qui ont refusé le déploiement des compteurs se sont trouvés déboutées au tribunal administratif.