Archives du mot-clé social

1/4 de la population active de Haute-Normandie a un bas niveau de formation

Selon une étude de l’Insee, en Haute-Normandie 518 000 personnes ayant un bas niveau de formation vivent en Haute-Normandie, dont 200 000 font partie de la population active, soit un quart de la population active (hors apprentis).
Les Haut-Normands concernés sont titulaires du certificat d’études primaires, du brevet des collèges ou n’ont pas de diplômes. En terme d’emploi, « les bas niveaux de formation connaissant des difficultés d’insertion plus importantes que les diplômés : une personne sur cinq est au chômage, une sur deux pour les jeunes de moins de trente ans(…) » selon l’Insee.

les Jardins d’arcadie à la place de l’ancienne clinique François 1er

Les « Jardins d’Arcadie » une nouvelle résidence seniors a ouvert ses portes boulevard François 1er début avril et sera inaugurée jeudi.
La résidence qui compte 79 logements (du studio au T2) est occupée par des résidents de plus de 60 ans autonomes et valides. Huit salariés y travaillent.
Une autre résidence seniors doit prochainement ouvrir ses portes à Montivilliers  »La Poudre de lin » offrira 127 appartements (du studio au 3 pièces) avec balcon, terrasse ou jardin privatif.

Le Havre, Rouen et Caen ont un taux de pauvreté comparable et supérieur à la moyenne nationale

APPEL À LA VIGILANCE EN CETTE PÉRIODE DE GRAND FROIDLe Centre d’Observation et de Mesure des Politiques sociales (le compas) a mis en ligne ses estimations du taux de pauvreté des 100 plus grandes villes de France.
La pauvreté a déjà fait l’objet de plusieurs statistiques par âges, catégories sociales …. l’originalité de cette étude est d’établir le taux de pauvreté en fonction des territoires.

Définition

8,2 millions de français disposent de moins de 60% du revenu médian (954€ euros pour une personne seule, après prestations sociales). Cela fait 14% de la population, selon l’Insee. Si l’on considère le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian, la France compte 4,5 millions de pauvres. soit 7,5% de la population.

Evolution

En baisse dans les années 70 et 80, stable dans les années 90 la pauvreté augmente, depuis 2000, même si la France demeure l’un des pays qui compte le moins de pauvres en Europe.

Chiffres ville par ville

En France métropolitaine, toutes les grandes villes du Sud ont un taux de pauvreté (critère retenu moins de 60% du revenu médian) supérieur à la moyenne nationale (15%), à l’exception d’Aix-en-Provence et d’Antibes. Dans l’ordre, Perpignan et Béziers (32%), Avignon (30%), Nîmes (29%), Montpellier (27%), Marseille (26%) et même Nice (20%).

Roubaix et Versailles avec respectivement 46% et 7% de ménages pauvres sont les villes où le taux de pauvreté est le plus fort et le plus faible de France.

« Contrairement à un discours aujourd’hui répandu, les petites villes et les villages ne sont pas là où l’on trouve le plus de ménages pauvres, même si les deux tiers des ménages pauvres n’habitent pas dans les 100 plus grandes villes. »

En revanche « les 100 plus grandes villes rassemblent un tiers des ménages pauvres, alors qu’elles ne regroupent qu’1/5 de la population…… La ville attire les plus démunis, car on y trouve le plus d’opportunités de logement (social) et d’emploi. »

En Normandie, le Havre a un taux de pauvreté de 22%, Rouen de 21% et Caen de 19%.
Le Havre figure en trente-troisième position au même rang que Saint-Étienne, Toulon, Poitiers et Clichy. Rouen est trente-huitième avec un taux de 21 %, identique à Limoges Metz, Dunkerque, Vitry-sur-Seine ou Valence.
Paris, une des communes les plus riches de France compte 16% de ménages.