Archives du mot-clé Eolien

début de la construction de l’usine d’assemblage d’hydrolienne à cherbourg

La première pierre de la future usine d’assemblage d’hydrolienne a été posée, symboliquement vendredi à Cherbourg. Le chantier du bâtiment de 5 500 m², et de 20 m de haut, sur un terrain d’environ 5 ha, est déjà en cours.
L’usine OpenHydro, appartenant à Naval Energies, possèdera une capacité de production de 25 turbines par an (50 à long terme) et assurera l’assemblage et la maintenance des hydroliennes de la ferme pilote du raz Blanchard.
Le site est géré par Naval Energies, en partenariat avec EDF Energies Nouvelles, et prévoit de placer 7 machines au fond de l’eau (puis, près de 1 000 sur le long terme). La mise en service de l’usine est prévue au 1er trimestre 2018, avec la création de 40 emplois.
Un autre projet d’EMR (énergies marines renouvelables) est en cours avec l’usine d’assemblage de pales d’éoliennes en mer
, lancée en mars dernier pour le compte de LM Wind Power. EDF EN installera également un hub, en Normandie, pour les champs d’éoliennes de Courseulles-sur-Mer et de Fécamp.
Hervé Morin parle d’ « un grand jour où l’on est en train de bâtir des perspectives de croissance du Cotentin et de la Normandie ».

Possible dépôt de permis de construire des usines de construction d’éoliennes offshore

Siemens Media Summit 2007Selon la presse havraise, Adwen aurait déposé un permis de construire pour la construction de deux Usines d’éoliennes offshore quai Joannes-Couvert. Cette information n’est pas confirmée par le président de Siemens Wind Power. 

L’instruction des permis de construire serait estimée à une année.

D’autre part S Royal a annoncé la signature très prochaine des concessions d’occupation du domaine public maritime des parcs éoliens de Fécamp , Courseulles-sur-Mer et Saint-Nazaire. L’usine devrait alimenter les champs de Courseulles-sur-Mer, Saint-Nazaire et Fécamp.

rappelons que Les deux projets de parcs éoliens offshore d’EDF Energies (Fécamp, Courseulles-sur-Mer)font l’objet de recours tandis que celui d’Engie (Dieppe-Le Tréport) fait l’objet de contestations. L’objectif est d’obtenir une autorisation préfectorale début 2018.

 

Feu vert à la fusion Siemens-Gamesa et naissance du 4e constructeur mondial d’éoliennes.

Siemens Media Summit 2007La Commission européenne a validé le projet de rachat, par la division Wind Power de Siemens du fabricant d’éoliennes Gamesa.
Bruxelles a considéré que l’opération ne soulevait pas de problème de concurrence, à la fois sur les marchés à terre et en mer.

Avec l’absorption de Gamesa, Siemens devient le 4e turbinier mondial dans le domaine de l’éolien onshore, juste derrière le chinois Goldwind, l’américain GE et le danois Vestas.

Un véto de Bruxelles aurait été une mauvaise nouvelle pour le Havre où Adwen filiale de Gamesa s’est engagée à construire 2 usines d’éoliennes offshore au Havre pour équiper les champs d’éolienne dont elle a eu l’attribution au large des côtes de la Manche. Siemens n’a pas encore communiqué sur ce sujet.