Archives pour la catégorie Le Port

Les attentes du Port du Havre pour les 5 ans à venir

Selon la revue « le Marin » les acteurs portuaires du Havre ont trois grandes attentes en ce début de mandature et espèrent l’aide d’Edouard Philippe pour concrétiser ces demandes :

  • La mise en place d’une desserte fluviale pour Port 2000, sans rupture de charge.
  • La concrétisation du projet ferroviaire Serqueux-Gisors et
  • La modernisation de l’axe ferroviaire entre Amiens et la Champagne, pour que Le Havre desserve le Grand Est dans de meilleures conditions.

Quelle politique portuaire pour Le Havre dans les 5 prochaines années

maersk_magleby1 En cette période de campagne électorale et de projets pour les 5 années à venir il est important de répondre à la question : Quelle politique portuaire le Havre a-t-il besoin pour les 5 prochaines années ?

Le Port du Havre est confronté à :

  1. L’évolution du secteur maritime qui se caractérise par :
    • Le regroupement des armateurs en alliance autour des 3 principaux armateurs que sont CGM, Maersk et MSC. Le 7ème armateur mondial (Hanjin) a fait faillite cet automne.
    • L’augmentation de la taille des porte-conteneurs réduisant le nombre de port touchés notamment sur le range Nord (du Havre à Hambourg).
  2. Une automatisation des terminaux source de gains importants de productivité dans beaucoup de Port comme à Rotterdam où un terminal (de même volume que le Port du Havre) est automatisé. Ainsi pour éviter des troubles sociaux, seuls les futurs terminaux de Port 2000 pourraient être automatiser.
  3. Une concurrence accrue :
    • des ports du range nord : Anvers, Rotterdam, Hambourg sans parler d’Amsterdam, de Zeebrugge et de brême.
    • des ports français comme Dunkerque ou la Rochelle. Dunkerque est passé d’un trafic de 50 000 à 300 000 conteneurs/an en quelques années.
    • de possibles ports-francs anglais conséquence du Brexit comme l’explique Alexandre Lavissière, enseignant chercheur à l’école de management de normandie.
    • des velléités de la région Haut de France a devenir, avec le canal seine-nord, une grande zone logistique comme le déclare Xavier Bertrand.

Face à ces enjeux l’accès nautique du Havre, la proximité de la région parisienne sont des atouts majeurs mais pas suffisants.

Voici les éléments indispensables au développement du Port du Havre pour les 5 prochaines années :

  1. La fiabilité sociale. Cela ne dépend que des acteurs portuaires à comprendre (et intégrer dans leurs actions) les enjeux rappelés ci-dessus.
  2. des investissements pour améliorer la desserte fluviale et ferroviaire avec la chatière (coût estimé à 100 millions €) pour l’accès fluvial, l’électrification de la ligne ferroviaire Serqueux-Gisors pour l’accès au marché parisien et une ligne ferroviaire reliant le Havre à l’Est pour toucher la région de Strasbourg et l’Allemagne. Seul l’Etat (avec l’aide des collectivités locales) et les entreprises privées  sont en mesure de réaliser ces investissements.
  3. Une volonté politique forte pour assurer les investissements mais aussi pour faire respecter l’Etat de droit.
  4. Renforcer HAROPA et pourquoi pas en faire une seule entité.

Le Havre a fait le pari du développement avec son Terminal Multimodal particulièrement pertinent à partir d’un trafic du port du Havre plus élevé  de l’ordre de 6M EVP.
C’est toute une ville et toute une industrie qui attendent beaucoup de leur port. En effet
L’activité portuaire et logisitique représente 22000 emplois au Havre et 60 000 salariés sur l’ensemble des ports d’Haropa (Le Havre, Rouen, Paris) dans 1000 sociétés. Un trafic de 1000 containers supplémentaires crée 1 emploi direct et 4 emplois indirects.

En me relisant je réalise qu’en fait mon billet s’adresse autant à Emmanuel Macron qu’aux acteurs portuaires havrais.

 

Inquiétudes sur l’avenir du Port du Havre

CMA-CGM_Christophe_Colomb_22791A l’occasion de la cérémonie des vœux, le Groupement havrais des armateurs et des agents maritimes (Ghaam) a fait part de ses inquiétudes pour l’avenir du port du Havre, « Port trop cher, plus vraiment fiable ni incontournable« . Les trois vice-présidents ont dénoncé les effets des mouvements sociaux du printemps 2016 « des mouvements sociaux franco-français irresponsables que les armements la plupart étrangers, ne tolèrent plus ».
D’autres motifs d’inquiétudes ont été soulignés :

  • Le ralentissement de la croissance chinoise,
  • L’économie mondiale fragilisée par les embargos,
  • La surcapacité des navires sur le marché,
  • Les fusions d’armements.
  • « Nous n’avons aucune visibilité dans cette tempête ! ».