Les chaufferies à bois installées au Havre ne sont pas polluantes

La ville développe plusieurs chaufferies à bois sur son territoire. En 2014 l’opposition municipale s’était émue du risque de pollution de ces chaufferies à bois.

L’occasion de faire le point sur la chaufferie à bois.

  • Pollution ?
    • Le chauffage individuel (feux de cheminée, insert, poêle à bois) est une source de pollution surtout aux particules (PM 10 et PM 2,5) car la combustion est incomplète. Il n’existe pas de réglementation.
    • Le chauffage collectif fait l’objet d’une réglementation (surtout pour les grosses chaudières). Dans le cadre de sa politique de développement durable, la ville s’équipe de chaudière à bois dont l’émission de PM10 est très faible (<à 20 particules par m3 : PPM). C’est le cas pour la chaufferie du stade Gagarine.
  • Emission de CO2 ?
    •  240 gr/kwh  pour le gaz
    • 329 gr/kwh  pour le fuel.
    • 15 gr/kwh  pour le bois. habituellement les émissions de CO2 sont considérée comme nulle pour le chauffage à bois. En effet il est considéré que le dégagement de CO2 par la combustion du bois est compensé par la croissance des arbres qui fixent le CO2 par la photosynthèse. Les 15 gr/kwh correspond aux émissions liées à l’acheminement du bois.
  • Approvisionnement : Le bois-énergie utilisé par les chaufferies à bois provient de la région. Ainsi plus de 1 Million de m3 serait disponible rien qu’en seine-maritime. En effet, il ne faudrait pas d’une façon ou d’une autre participer à la déforestation de la forêt amazonienne.
  • Les chaufferies à bois sont :
    • Le garage Cuvier (300 kW) aux granulés de bois
    • Les ateliers des Moteaux (70kw), avec consommation des sciures de l’atelier menuiserie
    • Le centre aéré Montgeon (130kW) avec création d’un mini réseau aux plaquettes forestières.
    • Le stade Gagarine (100kW) aux plaquettes forestières.
    • La chaufferie bois du réseau du Montgaillard, dans le cadre de la DSP, (12MW), aux plaquettes forestières.
    • Le chantier Espaces Verts Montgeon (35kW) aux granulés de bois.
    • Les jardins suspendus (2x100kW) aux plaquettes forestières, chantier en cours.
    • Et enfin école Jean Jaurès (130 kW),  travaux début 2017, aux plaquettes forestières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*