Archives mensuelles : août 2016

Alors que le chômage culmine à 12,7% au Havre L’UMEP tend la main aux Syndicats

chomage_bLes chiffres du chômage sur le secteur du Havre ne sont pas bons avec un taux de 12,7% de personnes sans aucune activité au 1er trimestre contre moins de 10% à Rouen et à Caen.
Un chômage élevé n’est malheureusement pas une nouveauté pour l’agglomération du Havre qui bénéficie d’une spécialisation industrielle très forte mais souffre d’un secteur tertiaire insuffisamment développé.
Difficile de ne pas rapprocher le chômage élevé et les mouvements sociaux particulièrement vifs au Havre dont une des conséquences est de nuire au développement économique.
En effet les blocus de la zone industrielle envoient de très mauvais messages aux investisseurs et aux armateurs.
Les syndicats SUD et CGT feraient bien de revoir leur vision de l’entreprise datant du 19ième siécle et saisir la main tendue des employeurs pour redresser, ensemble, l’économie havraise tel que le propose
 Michel SEGAIN, président de l’UMEP (Union Maritime et Portuaire) dans la presse havraise de samedi dernier : « Les décisions (d’investissements portuaires) doivent être prises aujourd’hui pour les vingt prochaines années. Que seraient devenues nos 600 entreprises qui emploient 22 000 salariés sans Port 2000 ? Combien serions-nous à travailler dans l’enceinte portuaire sans cet investissement ? Nous devons construire l’avenir dans un monde en révolution technologique permanente. Si nous ne le faisons pas, d’autres vont avancer plus vite que nous. La place des dockers et des agents portuaires est indispensable pour construire le port du futur.»

Rappelons que 1 000 conteneurs supplémentaires créent un emploi direct et trois indirects.

Parangonnage : Que se cache-t-il sous ce terme ?

fourneyron_revetNos deux parlementaires normands (voir post précédent) préconisent dans leur rapport » une étude de parangonnage de la productivité, y compris des effectifs, des grands ports maritimes en France et des principaux ports concurrents dans les pays voisins« .
Le terme de parangonnage est assez incompréhensible et on peut s’interroger sur ce choix alors qu’il existe tant de synonymes beaucoup plus courants comme : comparaison, évaluation ou benchmarking pour les anglophones.
Valérie Fourneyron et Charles Revet sont téméraires mais pas courageux car comparer ou évaluer le fonctionnement interne de nos ports avec leurs concurrents est une pensée subversive qu’il faut vite cacher sous des termes incompréhensibles !

Cela en dit long sur la détermination du législateur !

Rapport parlementaire : serqueux-Gisors/accès direct Port 2000/Term multimodal

fourneyron_revet«Attractivité des ports maritimes de l’axe Seine » : c’est le titre du rapport d’une cinquantaine de pages remis en juillet 2016 à Alain Vidalies, le secrétaire d’État aux Transports, par la députée V Fourneyron et le sénateur C Revet.

Trente-trois recommandations hiérarchisées sont formulées pour relancer les ports de l’axe Seine, dans un contexte de concurrence nord- européenne  »aujourd’hui vive » :

  • Engager « dans les meilleurs délais » les travaux de la section ferroviaire Serqueux-Gisors.
  • Réaliser   »le plus rapidement possible » l‘accès direct pour les barges fluviales aux terminaux de Port 2000
  • Assurer  »la montée en charge » du terminal multimodal havrais
  • Réaliser la mise au gabarit européen de l’Oise et l’adaptation des ponts « préalablement à la réalisation du lien à grand gabarit Seine Nord Europe »
  • Assurer l’entretien des écluses de la Seine (Mirecourt notamment).

La question financière est abordée. Pour les deux parlementaires, le modèle économique actuel  »n’est plus tenable ». V Fourneyron et C Revet plaident pour le lancement d’une étude de « parangonnage de la productivité, y compris des effectifs, des grands ports maritimes en France et des principaux ports concurrents dans les pays voisins et l’adoption de mesures fiscales visant à renforcer la capacité d’investissement des ports ».

Dans leur rapport sur la compétitivité des ports de l’axe Seine, V Fourneyron et C Revet s’interrogent sur  »le monopole de fait » de la CIM sur les stockages pétroliers du port du Havre.

Extrait du rapport « Le GPMR doit soit offrir des solutions alternatives, soit exercer de manière plus directe les moyens de contrôle de la tarification ».