Archives mensuelles : octobre 2014

LNPN : le coup de gueule de JL JEGADEN

Elu havrais et président du groupe communiste au conseil général de Seine-Maritime, JL Jegaden défend la construction d’une nouvelle ligne ferroviaire jusqu’à Yvetot. Cette prise de position intervient après celle du député C Bouillon qui plaide pour le raccordement de la future ligne à la ligne actuelle entre Rouen et Barentin.
JL Jegaden  »La vérité, c’est que les moyens financiers sont largement insuffisants et qu’il vaut mieux abandonner Le Havre plutôt que de se battre pour obtenir les investissements nécessaires ».

Le Pollinarium sentinelle du Havre

jardins_suspendusLa ville du Havre vient de créer un pollinarium Sentinelle aux Jardins Suspendus.

Qu’est-ce-qu’un Pollinarium ?

  • C’est un espace expérimental où sont étudiés les dates d’émission de pollens des plantes locales les plus allergènes. Ces plantes sont « cultivées » dans le pollinarium.

Quelles sont les plantes étudiées ?

  • 11 espèces herbacées tels que le Plantain ou le vulpin des prés.
  • 8 espèces ligneuses : Noisetier, cyprès….

Ou est situé ce pollinarium ?

  • Au niveau de l’entrée Nord des Jardins Suspendus

Quels sont les objectifs ?

  • Prévenir les risques en transmettant l’information aux praticiens et au public.
  • Sensibiliser le public en informant sur le risque allergique, par des panneaux explicatifs sur place.
  • Suivre les évolutions du climat : cette démarche consiste à accumuler les données des différents pollinariums sur de très nombreuses années et étudier l’évolution des dates d’émission des pollens. Des décalages dans le temps pourraient témoigner de l’évolution du climat sur le long terme. 

Est-ce-une démarche isolée ?

  • Il existe déjà des pollinariums  comme à Nantes ou à Laval. Le pollinarium du Havre est unique en seine-maritime.
  • L’implantation du pollinarium du Havre se fait en collaboration avec les allergologues haut-normands, l’ARS, Air Normand, la CODAH, l’Association des pollinariums sentinelle de France où chacun tient son rôle :
  • la ville du Havre : suivi des relevés des émissions de pollens et entretien du pollinarium.
  • CODAH, Air Normand, Agence Régionale de Santé : diffusion de l’information.
  • Allergologues hauts-normands et association des pollinariums sentinelles de France : Validation des observations et confrontation des observations à la pratique clinique.

Pourquoi ne pas reprendre les informations des pollinariums existants en Bretagne ?

L’activité pollinique d’une plante varie d’une région à l’autre ; par exemple il peut exister 2 semaine de décalage entre Nantes et Le Havre.

*Sélection des espèces de plantes à pollen allergisant pour le pollinarium sentinelle du Havre.

 

GRAMINEES

Dactyle : Dactylis glomerata / Fléole : Phleum partense / Flouve odorante : Anthoxanthum odorantum / Ray-grass anglais : Lolium perenne/  Houlque laineuse : Holcus lanatus / Fromental bulbeux : Arrhenatherum elatius / Vulpin des prés : Alopecurus pratensis

 HERBACEES

            Plantain majeur : Plantago major/ Plantain lancéolé : Plantago lanceolat / Armoise : Artemisia vulgaris / Pissenlit : Taraxacum officinale

ARBRES

Bouleau pleureur : Betula pendula / Noisetier : Corylus avellana / Charme commun : Carpinus betulus / Aulne glutineux : Alnus glutinosa / Hêtre commun : Fagus sylvatica / Chêne rouvre : Quercus robur / Châtaignier : Castanea sativa / Frêne commun : Fraxinus excelsior / Saule marsault : Salix caprea

Estuaire de la Seine

reserve_hodeMardi 9 septembre j’ai eu le  plaisir de visiter la réserve naturelle de l’Estuaire avec les responsables de la maison de l’Estuaire.

La réserve naturelle de l’Estuaire de la  Seine a été promulguée en 1997. Elle comprend 8500 hectares dont 4500 de surfaces terrestres.

Les surfaces terrestres sont composées :

–         Roselière : 1000 hectares de roseaux : la plus grande roselière en eaux saumâtre de roseauxFrance après la Camargue. Elle contient également plusieurs plantes rares : la grande angelique, l’oenanthe safrani et surtout la Liparis de loesel : orchidée rare. Sa présence dans l’Estuaire de la Seine est unique en Haute-Normandie mais assez répandue dans le Nord de la France. 16 espèces sont déclarées envahissantes dans la réserve dont la renouée du japon, la verge d’or….

Le creusement du chenal de Rouen et le comblement de l’appontement (ou estacade) du bac du Hode dans les années 60 ont été responsable de la disparition de nombreuses vasières transformées en roselière.

 

–          Zone subhalophile (200 hectares) : contient des roseaux et des prairies – d’une biodiversité très riche car contient de l’eau saumâtre de salinité intermédiaire. Des sondes permettent le suivi de ces paramètres.

–          Les mares orphelines (non chasse) ou mares de chasse : gabions.

–          Marais de Cressenval : entre l’autoroute et le canal de tancarville : Le marais est alimenté par des sources d’eau douce venant du pays de caux.

–          Prairie humide (1684 ha de pâturage).

–          Surfaces cultivées : 230 ha

–           Reposoir sur  Dunes : zone classée « réserve tampon » avec la réserve naturelle observatoiresituée en aval du pont de Normandie– plusieurs dunes, reposoirs d’oiseaux migrateurs : limicoles (oiseaux des vasières), canard, cignes, cormoran, spatules, hérons, avocettes. Ces dunes ou îlots sont entourés d’eaux dont le niveau est fixe (mais peu varié). L’accès à l’observatoire se fait sur un chemin entouré de douves. La présence de libellules et de nombreuses grenouilles témoignent de la qualité de la biodiversité.

Beaucoup de terrains sont la propriété des ports du Havre et de Rouen.

Le niveau d’eau des marais est géré, artificiellement par  des vannes. Pour plus d’explications cliquez ici

–         Les 5 zones maritimes de l’Estuaire de la Seine : feront l’objet d’un prochain billet.

reserve_rive_sudLa Maison de l’Estuaire a pour rôle de faire découvrir la réserve au public (accueil de nombreux scolaires, salle pédagogique au pont de normandie) et de gérer la réserve naturelle de l’estuaire en essayant de faire cohabiter les différents acteurs de la réserve. Ce n’est pas une tâche facile – les dégradations régulières de vannes ou le saccage des locaux de la maison de l’estuaire l’été dernier témoignent de tensions importantes. Un recours a été  déposé (par les associations écologistes) contre le nouveau plan de gestion de la réserve naturelle.(en attente du jugement)