Archives mensuelles : janvier 2014

Présidence du conseil de surveillance du Port du Havre : la mystérieuse inconnue !

pah_blogTraditionnellement la présidence du Port du Havre est réservée à une personnalité locale afin de porter la voix du monde économique havrais au sein du conseil de surveillance du Grand Port Maritime du Havre : c’était  une tradition de 50 ans pleine de bon sens et bien utile au Président du Directoire du GPMH (ex-Directeur Général du PAH).

En proposant, cet après-midi, à la tête du conseil de  surveillance du GPMH, Emmanuele PERRON, issue d’un milieu économique non-portuaire du Sud-Ouest de la France, le gouvernement rompt avec cette tradition sans beaucoup d’explications….

emmanuele_perronQuoiqu’il en soit, bienvenue au Havre à Emmanuele PERRON, nous comptons sur Mme PERRON pour développer ensemble notre port, son trafic, ses infrastructures et ses emplois.

vous trouverez sur ce lien 2014-31-01 -Nouvelle gouvernance HAROPA-Port du Havre le communiqué de presse du GPMH concernant l’élection de Mme PERRON à la présidence du conseil de surveillance.

Les Ports d’Haropa gagnent des parts de marché

port_fevd_blogVous trouverez sur ce lien :  bilan_haropa  le millésime 2013 des Ports du Havre, de Rouen et  de Paris.

Quelques remarques :

  1. HAROPA, est en croissance de 6% et gagne des parts de marché par rapport à ces concurrents du range Nord : +0,4% (Anvers : -1% / Rotterdam : -2%).
  2. Spécification accrue du Havre pour le Conteneur (+9%) et  de Rouen pour les  Vracs solide (céréales) : +35%.
  3. Le trafic conteneur du Havre est tiré par l’activité de transbordement. En effet le trafic vers l’hinterland a connu une baisse significative probablement liée à la baisse de la consommation française (l’Ile de France) liée à la crise économique car cette  baisse ne se traduit pas par une croissance d’Anvers ou de Rotterdam.
    La plateforme multimodale devrait nettement favoriser la croissance du trafic de l’hinterland du Havre.
  4. Forte croissance du trafic charbon : +46% pour le port  du Havre. Le charbon n’est pas une énergie fossile dépassée.
  5. Baisse du trafic pétrole à Rouen avec la fermeture de la raffinerie pétroplus et au Havre où les raffineries de Total et ExonMobil sont désormais tournés vers le marché intérieur contrairement à l’activité exportatrice d’essence vers les USA il y a quelques années.

Hervé Martel commente ces bons résultats ainsi : « Beaucoup de facteurs expliquent cette progression, la mise en place de la réforme, une bonne productivité, la montée en puissance de Port 2000 mais aussi et surtout beaucoup des décisions d’armateurs, comme MSC qui s’est renforcé au Havre en 2013 ».

 

 

Pourquoi une Normandie réunifiée ?

Après Nicolas SARKOZY, voici François HOLLANDE qui suggère dans son discours de Janvier 2014 de réunir la Haute et Basse Normandie.
C’est une bonne nouvelle que deux présidents de la République poussent dans cette direction. Mais pourquoi faudrait-il réunir les 2 Normandie ?

  1. Contrairement à d’autres régions, ce n’est pas le  » régionalisme  » qui prime, ni une reconnaissance culturelle et linguistique. En Normandie, l’intérêt est surtout économique.
  2. Atteindre une taille critique et le poids politique nous permettant de prendre notre destin en main, de décider nous-mêmes les politiques et les infrastructures, que nous souhaitons (voies de communication, nouvelles technologies, centres de recherche…). Une Normandie réunifiée contiendrait 3,2 millions d’habitants et ne serait pas plus que la 6ième région française.
  3. Simplifier le réseau des collectivités locales et donc de faire des économies de fonctionnement grâce à l’économie des structures : quel est le sens d’une région à deux départements ou à trois départements où les gros départements pèsent financièrement plus que la région toute entière ?
  4. la Haute Normandie compte 2 départements et la Basse 3 départements, soit 5 pour une Normandie réunifiée comme la Bretagne ou bien le Languedoc Roussillon ou la région Midi-Pyrénées qui comptent 5 départements. Il n’y a guère qu’en Alsace ou Corse ou l’on compte 2 départements. Mais la problématique est différente dans ces deux régions ….
  5. Créer une région pilote, chef de file du développement, en charge de l’aménagement du territoire, tandis que les départements mènent les politiques de proximité (routes, aides aux communes, social …) et adaptent les grands projets régionaux à leurs spécificités.
  6. Réduire les coûts et d’être plus efficaces en mettant nos atouts en commun. On estime le nombre de fonctionnaires de nos deux régions actuelles 30% plus important que pour les Pays de Loire.
    La réunification aurait donc un impact non négligeable sur nos impôts locaux.
  7. Unis, nous aborderons ensemble les grandes questions : développement économique, développement durable, ruralité, attractivité du territoire, desserte aéroportuaire, politique maritime et portuaire autour de Port 2000, centres de recherche et universités visibles au niveau européen…
  8. D’autre part la Normandie a une histoire commune, riche de plus de dix siècles, et elle est une des plus ancienne régions françaises.

La Normandie a une culture et une identité communes ; son patrimoine bâti, ses abbayes, ses paysages, sa lumière, ses manoirs, ses rivages, en font une région singulière et unique.
On retrouve dans chaque Normand, du Cotentin au Pays de Bray, des traits de caractère communs.

La Normandie est connue dans le monde entier, autant que Paris, Rome ou Londres. Qui connait à l’étranger la distinction entre la Haute de la Basse Normandie ? alors que La Normandie n’est étrangère pour personne. Elle est synonyme de qualité de vie, de douceur de ses paysages, de gastronomie…
La Scission de la Normandie date de Vichy où une division voit peu à peu le jour. Puis des circonscriptions d’actions régionales furent mises en place, fixées par des décrets d’application en 1960 et 1964, puis intégrées dans les plans. En 1982, la constitution de deux assemblées régionales entérine l’existence de deux régions.