Archives mensuelles : octobre 2013

Que fait la municipalité pour l’emploi

chomage_bAttirer entreprises et emplois constitue la priorité de la Municipalité. Si le chômage demeure de 2 points supérieur à la moyenne nationale (12,9% contre 9,9%) contre plus de 5 points en 1995 (15,7% contre 10%), l’arrivée d’une filière éolienne off shore et des investissements importants tels qu’Osilub et MSC, ainsi que la poursuite des grands chantiers municipaux ouvrent des perspectives positives.

  1. L’EOLIEN, UNE NOUVELLE FILIERE INDUSTRIELLE AU HAVRE

Du jamais vu depuis l’implantation de Renault à Sandouville ! Areva mais aussi son concurrent EDF énergie renouvelable ont choisi Le Havre pour réaliser plusieurs usines de fabrication de turbines, de pâles et d’assemblages d’éoliennes en mer. Ces décisions vont se traduire par 2 000 emplois directs pour Le Havre dès 2015. A cela s’ajouteront les emplois chez les fournisseurs, les logisticiens, les prestataires…

  1. AIDER LES HAVRAIS DANS LEUR RECHERCHE D’EMPLOI

 Pour lutter contre le chômage, la Ville travaille en lien avec tous ses partenaires, acteurs de l’insertion professionnelle. Les outils au service de cette ambition : 2 plateformes emploi de proximité créées et gérées par la Ville qui rassemblent Pôle emploi et la Mission Locale (Quartiers sud et Caucriauville). Elles permettent d’accueillir et d’orienter les publics en recherche mais aussi de leur proposer des actions pour faciliter leur retour à l’emploi. En 2011, 2 740 personnes ont bénéficié de leurs services et 45% d’entre elles ont retrouvé un emploi ou une formation.

Un Espace Economie Emploi installé à la maison municipale de la Mare Rouge vient compléter cette offre de service.

La Ville est aussi à l’origine des rencontres pour l’emploi, rendez-vous annuel organisé par la Maison de l’emploi. Il s’agit d’un grand forum où les demandeurs d’emploi peuvent rencontrer directement les recruteurs, ce qui permet de lever certaines « barrières » de l’entretien classique. En 2012, 6 297 personnes s’y sont rendues.

Partenaire privilégié pour favoriser le retour à l’emploi et l’insertion sociale des jeunes, la Mission Locale travaille étroitement avec les services de la Ville. En 2012, 2 382 jeunes ont signé un contrat de travail dont 212 en alternance grâce à cette structure présidée par Agathe Cahierre, 1er adjoint au Maire de la Ville du Havre.

  1. LES CHANTIERS PUBLICS, SOURCE D’EMPLOIS

La Ville a maintenu tout au long du dernier mandat un taux d’investissement élevé, dépassant les 71 millions d’euros par an. Cette politique de modernisation a également constitué un soutien indirect aux entreprises locales, sachant qu’il est admis que 10 000 euros d’investissement public génère un emploi.

Les chantiers publics ont été l’occasion de proposer à des Havrais en demande d’insertion des formations qualifiantes, tremplin pour des emplois. Cette « clause d’insertion » a ainsi permis depuis 2003 à près de 1 000 Havrais de bénéficier d’un emploi, et pour certains de manière durable.
Le bon fonctionnement de la claude d’insertion repose sur un partenariat avec les acteurs de l’emploi et les structures d’insertion par l’activité économiques (GEIQ BTP 76, Chorus Normandie et la BAC).
Le dispositif s’est développé dans les marchés publics prévus pour les publics éloignés de l’emploi (tramway, stade, chantiers en cours : Pôle Valmy, …).

Depuis le lancement du dispositif en 2003, plus de 600 000 heures d’insertion ont été réalisées. En 2012, ce sont 141 000 heures qui ont été mises en œuvre par 226 bénéficiaires répartis sur 48 opérations situées dans l’agglomération.

Les inégalités sociales progressent, mais moins en France que dans le reste du Monde

APPEL À LA VIGILANCE EN CETTE PÉRIODE DE GRAND FROIDLe Centre d’Observation et de Mesure des Politiques sociales (le compas) a mis en ligne ses estimations du taux de pauvreté des 100 plus grandes villes de France.
La pauvreté a déjà fait l’objet de plusieurs statistiques par âges, catégories sociales …. l’originalité de cette étude est d’établir le taux de pauvreté en fonction des territoires.

Définition

8,2 millions de français disposent de moins de 60% du revenu médian (954€ euros pour une personne seule, après prestations sociales). Cela fait 14% de la population, selon l’Insee. Si l’on considère le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian, la France compte 4,5 millions de pauvres. soit 7,5% de la population.

Evolution

En baisse dans les années 70 et 80, stable dans les années 90 la pauvreté augmente, depuis 2000, même si la France demeure l’un des pays qui compte le moins de pauvres en Europe.

Chiffres ville par ville

En France métropolitaine, toutes les grandes villes du Sud ont un taux de pauvreté (critère retenu moins de 60% du revenu médian) supérieur à la moyenne nationale (15%), à l’exception d’Aix-en-Provence et d’Antibes. Dans l’ordre, Perpignan et Béziers (32%), Avignon (30%), Nîmes (29%), Montpellier (27%), Marseille (26%) et même Nice (20%).

Roubaix et Versailles avec respectivement 46% et 7% de ménages pauvres sont les villes où le taux de pauvreté est le plus fort et le plus faible de France.

« Contrairement à un discours aujourd’hui répandu, les petites villes et les villages ne sont pas là où l’on trouve le plus de ménages pauvres, même si les deux tiers des ménages pauvres n’habitent pas dans les 100 plus grandes villes. »

En revanche « les 100 plus grandes villes rassemblent un tiers des ménages pauvres, alors qu’elles ne regroupent qu’1/5 de la population…… La ville attire les plus démunis, car on y trouve le plus d’opportunités de logement (social) et d’emploi. »

En Normandie, le Havre a un taux de pauvreté de 22%, Rouen de 21% et Caen de 19%.

Paris, une des communes les plus riches de France compte 16% de ménages.

Le Port du Havre en pleine forme

port_fevd_blogA fin juin, quasi tous les trafics étaient en augmentation :

  • La reprise de la raffinerie Total après les travaux de maintenance et de modernisation entraîne une augmentation de +6% pour le pétrole brut.
  • Les vracs liquides dans leur totalité sont en hausse de + 2%,
  • Les vracs solides progressent de 31 % grâce à une explosion du trafic de charbon (+199 %).
  • Les nouvelles lignes mises en place par Evergreen et MSC dopent le trafic conteneurisé : +9% à 11.5 MT.
  • La croisière est en progression de +20%. 
  • Seules ombres au tableau :
    • le recul du trafic roulier -13% et
    • des produits raffinés -7%.